Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi –Sécurité2 novembre 2018
|Affrontement armé à l’Est de la République démocratique du Congo

Burundi - Sécurité1er novembre 2018
|L’administratrice de Busoni échappe de justesse à un attentat

Burundi - Sécurité31 octobre 2018
|"La paix est totale dans la capitale", dixit le maire de la ville

Burundi - Sécurité30 octobre 2018
|La police met la main sur des outils de pêche prohibés

Burundi - Sécurité - Politique29 octobre 2018
|Les membres de l’opposition craignent le pire...

Burundi - Sécurité27 octobre 2018
|Un écolier meurt suite aux coups de bâton de son maître

Burundi - Sécurité 26 octobre 2018
|Deux Rwandais et un membre de l’opposition arrêtés par le Service national des renseignements

Burundi - Sécurité 25 octobre 2018
|Des arrestations après le meurtre d’un motard à Gitega

Burundi - Sécurité24 octobre 2018
|Accident mortel dans la province de Kayanza

Burundi - Sécurité23 octobre 2018
|Un agent du service des renseignements tire à balles réelles sur les orpailleurs

Burundi - Sécurité22 octobre 2018
|Un proche d’Agathon Rwasa arrêté à Nyamitanga

Burundi - Sécurité20 octobre 2018
|Une position militaire attaquée dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité 19 octobre 2018
|Pierre-Célestin Ndikumana dans le collimateur des services secrets

Burundi - Sécurité 18 octobre 2018
|Une mauvaise cohabitation qui inquiète !

Burundi - Sécurité17 octobre 2018
|Une disparition mystérieuse dans la zone de Nyakabiga

Burundi - Sécurité16 octobre 2018
|Un corps trouvé sans vie au Sud du pays

Burundi - Sécurité15 octobre 2018
|Condamnation d’un présumé assassin de son père

Burundi - Sécurité 13 octobre 2018
| Une découverte d’un homme tué à Muramvya

Burundi - Sécurité12 octobre 2018
|Cinq personnes tuées lors d’un accident de roulage

Burundi - Tanzanie - Sécurité 11 octobre 2018
|Encore des réfugiés tués au pays de John Pombe Magufuli !

Burundi - Sécurité10 octobre 2018
|Un corps sans vie découvert dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 9 octobre 2018
|Cinquante huit élèves empoisonnés par leur camarade de classe

Burundi - Sécurité Routière8 octobre 2018
|Les voitures de type Probox mal cotées ce weekend

Burundi - Sécurité 6 octobre 2018
|Une bonne initiative mais ….., clament les habitants de la zone Cibitoke !

Burundi - Sécurité Routière 5 octobre 2018
| L’entourage du Restaurant Sama Café échappe de justesse à un accident mortel

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

La police appréhende de jeunes Congolais pour observation de leur culture

21 juin 2018

Bujumbura, le 21 juin 2018 (Net Press) . Au moins une dizaine de jeunes Congolais, filles et garçons confondus, ont été arrêtés en fin de matinée par les éléments de police basés à la Sogemac, société de gestion du marché central, dont le siège se trouve à l’ancien marché central de Bujumbura parti en fumée le 27 janvier 2013.

Selon des informations obtenues auprès de ceux qui ont assisté à la scène, ces jeunes poursuivent leurs études à l’école de Bujumbura mais dont le programme est celui de la République démocratique du Congo, appelée d’ailleurs école de la Rdc. Selon toujours ces informations, quand les examens de troisième trimestre sont terminés, ces jeunes, tout comme les jeunes Congolais en général, déchirent leurs uniformes et mettent de la farine de manioc dans leurs figures, juste pour exprimer leur joie de voir les examens terminés.

Ces dans ce contexte que ces éléments de la police les ont arrêtés et les ont fait monter à bord d’une camionnette Pickup de la police, vers une destination inconnue. Cette arrestation a eu lieu en plein centre-ville, presqu’au niveau du centre culturel français, sur la chaussée du prince Louis Rwagasore. Ces derniers n’ont affiché aucune résistance et ont obtempéré, sans inquiétude aucune car ils étaient conscients qu’ils sont innocents puisqu’ils ne vont pas s’attirer des foudres de leurs parents qui acceptent volontiers de leur acheter d’autres uniformes pour l’année suivante.

Burundi - Justice

Melchiade Nzopfabarushe libre de ses mouvements

Bujumbura, le 21 juin 2018 (Net Press) . Melchiade Nzopfabarushe, un cadre du Cndd-Fdd au pouvoir, vient de passer sa première nuit d’homme libre alors qu’il avait été désavoué par sa formation politique au mois d’avril 2018. En effet, lors d’un meeting à Migera dans la zone de Kabezi dont il est originaire, il avait prononcé, en date du 15 avril 2018, des propos incendiaires qui pouvaient subvertir la population, accusé également de propager les rumeurs, de dresser les populations contre les autorités et d’outrage au parti Cndd-Fdd.

Pour cela, il avait été entendu par le parquet de Bujumbura et le représentant du ministère public avait requis une peine de six ans contre lui. Après le délibéré, il avait été condamné à trois de prison ferme et à une amende de 600.000 Fbu. Même sa formation politique s’était constituée en partie civile et avait exigé elle aussi des frais de dédommagement.

Une certaine opinion avait fait croire que l’emprisonnement de Melchiade Nzopfabarushe, en date du 29 avril 2018, n’était qu’un trompe-l’œil d’autant plus que ce cadre avait dit tout haut ce que les autres pensaient tout bas. En tout cas, cela était la position de la plateforme du Cnared et de l’opposition intérieure pilotée par le Frodebu du tandem Bamvuginyumvira - Ngendakumana. Ils avaient indiqué que ce juriste ne devrait pas passer plus de trois mois en prison, l’histoire vient de leur donner raison quelque part.

De son côté, son avocat, Me Alexis Ndikumana, avait réagi contre ce jugement qu’il trouvait excessif et avait décidé d’interjeter appel. La cour d’appel de Bujumbura vient donc de réduire la peine, la ramenant de trois ans à quatre mois, d’où il a quitté la prison dans l’après-midi de ce 20 juin 2018.

Burundi - Malversations Economiques

L’Olucome contre l’augmentation continuelle de la dette intérieure

Bujumbura, le 21 juin 2018 (Net Press) . D’entrée de jeu, cet observatoire s’oppose à l’augmentation continuelle de la dette intérieure sans contre partie au niveau de la production nationale qui est en phase de récession. Il dit qu’il est fortement préoccupé par l’approche du gouvernement de continuer à s’endetter pour seulement son fonctionnement, auprès des partenaires financiers nationaux et internationaux alors que le taux de croissance reste négatif depuis 2015.

Pour s’endetter, le gouvernement recourt au bon du trésor, qui est une dette à court terme qui sert à financer les emprunts et dettes de l’Etat. Pour cet observatoire, il existe deux types de bons du trésor, celui à taux fixes appelés Btf et celui à taux fixes et intérêt annuel appelés Btan.

L’Olucome, interprétant le rapport d’exécution du budget de l’Etat, exercice 2018, trouve que le gouvernement a émis des titres de trésor de 39 milliards de nos francs au mois de janvier, de 44,9 milliards au mois de février et de 49,9 milliards de francs burundais au mois de mars, soit un total de 133,8 milliards dans un trimestre. Pire, le gouvernement rembourse très mal car il procède souvent par tranche de 20% et la dette ne fait que s’accumuler.

Et quand l’émission des bons de trésor n’est plus possible, le gouvernement recourt à la planche à billet, un instrument utilisé en dernier recours car elle occasionne l’accroissement de l’inflation, la dévalorisation de la monnaie, le recul tangible de l’économie. Avec cette situation, l’endettement intérieur du Burundi est supérieur à celui enregistré dans 40 ans jusqu’en 2009, soit plus de 1500 milliards de nos francs ou 108,6 % du budget général de l’exercice 2018.

Ce retard de paiement est donc un fardeau pour les générations futures alors que le gouvernement devrait résoudre les problèmes politiques existants qui créent cette situation financière critique. C’est pour cela que l’Olucome a émis des recommandations dont la principale est de résoudre, avec tous les protagonistes, les problèmes enclenchés avec la crise d’avril 2015 à travers un dialogue inclusif inter burundais externe.

Burundi - Culture

Le Burundi se joint au monde pour célébrer la fête de la musique

Bujumbura, le 21 juin 2018 (Net Press) . Le 21 juin de chaque année, le monde entier célèbre la fête de la musique. Au Burundi, cette journée arrive au moment où il y a un peu trop de défis à relever. En effet, le Burundi compte beaucoup d’artistes, les uns encore plus jeunes par rapport aux autres, mais dont les talents ne sont plus à démontrer, au regard des chansons produites ces dernières années.

Malgré les multiples recommandations allant dans le sens du respect des droits d’auteur, plusieurs stations et agences de publicités outrepassent cette recommandation et les artistes sont désolés de voir leurs œuvres passer à la radio, à la télévision gratuitement ou dans des maisons de publicités gratuitement. Des fois, ces derniers expliquent aux artistes qu’ils le font pour leur bien car ils sont connus du public après exhibition de leurs arts.

Cette situation fait que les artistes burundais vivent dans une pauvreté extrême et ne parviennent pas à couvrir leurs besoins alors que leurs arts sont des sources très sûres de leur existence. En outre, suite à la conjoncture actuelle, il y a plusieurs artistes qui ont fui le pays, notamment Ajoba Love et l’équipe de Lion’s Story qui tentent de se relever à partir de l’exil où ils vivent mais si cela n’est pas évident.

Pourtant, le président de l’Amicale des Musiciens du Burundi, Bruno Simbavimbere alias Member, appelle les jeunes à considérer la musique comme du travail au même titre que les autres. Cette journée a été observée au Centre jeunes Kamenge, dans la zone de Kamenge, commune urbaine de Ntahangwa, au Nord de la capitale Bujumbura.

Burundi - Usa - Immigration

"Trump signe un texte pour éviter la séparation des familles", selon Rfi

Washington, le 21 juin 2018 (Net Press) . Dans un spectaculaire retournement, le président américain Donald Trump a signé mercredi un décret pour éviter la séparation des familles de migrants ayant franchi illégalement la frontière avec le Mexique. L’administration américaine était sous le feu des critiques, tant au niveau national qu’international, alors que plus de 2 300 mineurs ont été séparés de leurs parents en cinq semaines.

Le président et son équipe répètent depuis plusieurs jours qu’ils ne font qu’appliquer la loi et que seule une modification de cette dernière par le Congrès permettrait de mettre fin aux séparations très critiquées, aux Etats-Unis mais aussi à travers le monde. Face aux images d’enfants séparés de leurs parents à la frontière qui ont bouleversé l’Amérique et le monde, Donald Trump s’est longtemps arc-bouté. Puis face au malaise politique grandissant dans son propre camp, il a soudain fait volte-face.

Le président américain a annoncé mercredi qu’il allait signer un texte pour éviter la séparation des familles de migrants ayant franchi illégalement la frontière avec le Mexique. « Cela me tient particulièrement à coeur [...] Nous voulons que les familles restent ensemble. C’est très important », a affirmé Donald Trump en signant le décret dans le Bureau ovale, quelques heures après avoir annoncé qu’il allait mettre fin à cette pratique qui lui a valu une avalanche de critiques, y compris au sein de son propre camp.

De leur côté, les démocrates n’entendent pas voter le projet de loi sur l’immigration qu’exige le président américain, rapporte Anne Corpet, envoyée spéciale permanente de RFI à Washington. C’est ce qu’explique Joaqim Castro, représentant démocrate du Texas : « On veut résoudre ce problème mais on ne veut pas que le président utilise ces abus comme un levier pour obtenir de notre part un mur à la frontière ou pour expulser les immigrés sans procédé légal. Donc oui, nous sommes tout à fait d’accord pour résoudre ce problème mais nous n’allons pas troquer la fin du traumatisme de ces gens contre un mur à la frontière. ».

Pour continuer à pouvoir incarcérer 100 % des migrants qui entrent clandestinement dans le pays, le décret de Donald Trump prévoit d’abroger le texte qui limite à vingt jours la détention de famille de migrants. Les associations de défense des droits de l’homme entendent porter l’affaire en justice.

De plus, ce décret ne résout pas la crise humanitaire aux frontières. Près de 2 300 enfants ont été séparés de leurs familles et il ne sera pas facile de retrouver leurs parents rapidement.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité