Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité1er décembre 2018
|Un corps sans vie découvert dans la province de Gitega

Burundi - Tanzanie - Sécurité30 novembre 2018
|Un jeune Imbonerakure du Cndd-Fdd tué en Tanzanie

29 novembre 2018
|Burundi - Eac - Politique La communauté...

Burundi - Politique - Opinion28 novembre 2018
|Vers l’arrestation de Pierre Buyoya ?

Burundi - Sécurité27 novembre 2018
|La police procède à des rafles dans le centre-ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité26 novembre 2018
|La police de Cibitoke à la recherche des éléments armés

Burundi - Sécurité - Politique24 novembre 2018
|Arrestation de plusieurs officiers supérieurs en retraite

Burundi - Sécurité - Environnement23 novembre 2018
|Les pluies diluviennes occasionnent beaucoup de dégâts dans le Sud du pays

Burundi - Sécurité22 novembre 2018
|La police fait face à l’intifada à la burundaise

Burundi - Rdc - Sécurité 21 novembre 2018
|Arrestations des Burundais et Congolais en République Démocratique du Congo

Burundi - Sécurité20 novembre 2018
|Des éléments pris pour rebelles aperçus en Tanzanie

Burundi - Sécurité19 novembre 2018
|Un homme du centre ville de Gitega tué par un policier

Burundi - Sécurité17 novembre 2018
|Une trentaine de maisons emportées par une pluie diluvienne au Sud du pays

Burundi - Rdc - Sécurité16 novembre 2018
|Une quinzaine de personnes tuées dans la localité d’Uvira

Burundi - Rwanda - Ouganda - Sécurité15 novembre 2018
|Le Burundi et l’Ouganda soupçonnés de déstabiliser le Rwanda

Burundi - Somalie - Sécurité14 novembre 2018
|Vers la fin de l’Amisom ?

Burundi - Sécurité13 novembre 2018
|Bujumbura aux prises avec des rébellions tous azimuts

Burundi - Sécurité 12 novembre 2018
|Deux militaires trouvent la mort dans une bagarre

Burundi - Sécurité10 novembre 2018
|L’administration de Bubanza face à une insécurité causée par des mineurs

Burundi – Politique9 novembre 2018
|Après le refus de l’agrément du parti Fnl – Amizero y’Abarundi, qu’est-ce Agathon Rwasa réserve à l’opinion ?

Burundi – Politique8 novembre 2018
|Le ministre de l’intérieur refuse la demande des Fnl - Amizero y’Abarundi.

Burundi - Politique.7 novembre 2018
|Les membres de l’Uprona préoccupés de leur sécurité en province Cibitoke.

Burundi-Sécurité6 novembre 2018
|Une personne de l’ethnie Twa tuée à la machette

Burundi –Sécurité5 novembre 2018
|Un bandit tué lors d’une intervention des agents de sécurité.

Burundi – Sécurité3 novembre 2018
|Des militaires burundais et des rebelles tués en république démocratique du Congo

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Le chef de poste de la zone Kivumu assassiné par les forces de l’ordre...

6 septembre 2018

Bururi, le 6 septembre 2018 (Net Press) . Selon des informations concordantes, le chef de poste de la zone Kivumu, dans la commune de Mugamba, a trouvé la mort dans la soirée d’hier vers 19 heures tandis que son agent de transmission a été blessé. D’après des témoignages sur place, des personnes armées, au nombre de six, en tenue civile se sont présentées à un bistrot de la place pour chercher une personne qu’elles voulaient enlever.

Quand les populations de la place ont constaté que ces intrus n’étaient pas des forces de l’ordre, ils ont crié au secours à des policiers qui n’ont pas tardé à intervenir. Selon des sources d’informations, ces intervenants ont été accueillis par des balles de ceux qui avaient investi le bistrot, entraînant la mort immédiate du chef de poste.

Au Sud Est du pays, l’on apprend que deux hommes non encore identifiés en provenance de la Tanzanie ont effectué une attaque à main armée vers 22 heures de ce mercredi 5 septembre, sur la colline Nkurubuye, commune Gisuru, en province de Rutana, près de la frontière tanzano-burundaise .

Des sources sur place indiquent que cette attaque ciblait le vol dans les ménages de cette entité et que grâce à l’intervention musclée de la police et des militaires, les deux assaillants ont pris le large à destination de la Tanzanie, une moto ayant été trouvée dans cette circonscription. L’administration locale parle d’une bonne relation entre les police burundaise tanzanienne pour démanteler ce groupe.

Burundi - Onu - Sécurité

Le président Nkurunziza dans le collimateur de commission d’enquête des Nations Unies !

Genève, le 6 septembre 2018 (Net Press) . Dans son rapport de Genève de ce mercredi 5 septembre sur les violations des droits de l’homme commis au Burundi en 2017-2018, l’on note, pour la première fois, que son enquête met en cause directement le président Pierre Nkurunziza pour des « appels récurrents à la haine et la violence.

Doudou Diène, le président de cette commission, signale la violation massive des droits de l’homme qui tend vers le crime contre l’ humanité, allusion faite aux exécutions sommaires et aux disparitions forcées, comme le relate ce communiqué. La commission affirme notamment avoir « des motifs raisonnables de croire » que Léopold Habarugira, un homme d’affaires et cadre de l’opposition, appréhendé le 12 septembre 2017 par des individus dont un au moins était en tenue policière, a été victime de disparition forcée.

Selon ce rapport, des arrestations et des détentions arbitraires, des tortures et d’autres traitements cruels et dégradants, ont été commis par les services secrets burundais ainsi que la jeunesse du parti au pouvoir (Imbonerakure), qui sont largement cités, sous un silence complice du pouvoir.

Selon Doudou Diène, « le référendum constitutionnel organisé en mai 2018 et la campagne pour les élections à venir en 2020 ont en particulier donné lieu à des persécutions, menaces et intimidations à l’encontre des personnes soupçonnées de s’opposer au gouvernement ou de ne pas partager la ligne du parti au pouvoir, que cela soit avéré ou non ».

La commission qui dénonce l’impunité au Burundi a élaboré une liste confidentielle d’auteurs présumés de crimes contre l’humanité, qui pourra être partagée par l’Onu avec tout organe ou juridiction compétente qui « mènera des enquêtes indépendantes et crédibles ».

De son côté, le porte-parole du président de la République, Jean Claude Karerwa, indique que « Doudou Diène est visiblement seul à ignorer que le contenu du discours de son Excellence Pierre Nkurunziza s’appesantit sur la réconciliation, la cohésion sociale. Nous sommes habitués malheureusement à ce genre de mensonge ». Les autres qui ont réagi dans le même sens sont Willy Nyamitwe ainsi que Valentin Bagorikunda, ancien procureur général de la République.

Burundi - Tanzanie - Sécurité

L’audience publique Ubj Vs gouvernement reportée

Arusha, le 6 septembre 2018 (Net Press) . Il était prévu ce matin une audience sur une affaire qui oppose l’union burundaise des journalistes et le gouvernement du Burundi à Arusha en Tanzanie. Pour rappel, l’union burundaise des journalistes a porté plainte contre l’Etat du Burundi pour l’avoir radié des associations de la société civile qui fonctionnent encore dans notre pays.

Nous apprenons que la remise a été fixée au 5 octobre prochain et les deux parties sont invitées à échanger des informations relatives à ce dossier pour que la fois prochaine, l’audience puisse se dérouler sans entraves.

Burundi - Administration

Deuxième grève des agents de Lumitel en quelques mois

Bujumbura, le 6 septembre 2018 (Net Press) . Les agents de la société de téléphonie mobile, Lumitel, ont observé encore une fois la grève ce matin. Outre les chauffeurs et le personnel non essentiel, les responsables ne se sont même pas présentés dans les différents bureaux. Les responsables de cette société, d’origine vietnamienne, étaient très agités ce matin au siège de la Lumitel sis au Boulevard de l’Uprona et ne voulaient recevoir personne, surtout pas les professionnels des médias.

Selon les mêmes informations, jusqu’à 9 heures, les bureaux étaient encore fermés aux bureaux de Lumitel situé au Boulevard Patrice Lumumba et les Vietnamiens ont dû ordonner la destruction des celles des portes pour avoir accès à l’intérieur. Il semblerait que plus ou moins 300 membres du personnel se sont absentés dans tout le pays.

A l’origine, le refus de signature de contrat ainsi que l’accès aux avantages sociaux. Dans un premier temps, alors qu’il y avait préavis de grève, l’inspection générale du travail s’est intercalée pour réconcilier les deux parties. Alors qu’ils sont sous le régime de contrat à durée déterminée de trois mois, le patron veut leur octroyer un contrat à durée déterminée de trois ans, ce que contestent les travailleurs.

Il semblerait également que le ministère de la justice, via le tribunal de travail, ait demandé au directeur général de Lumitel d’accorder ces avantages exigés par les travailleurs, une demande qui a rencontré un refus net de la part du patron.

Burundi - Usa - Politique

"Le « New York Times » publie une tribune explosive d’un « résistant » contre Trump", dixit Rfi

New York, le 6 septembre 2018 (Net Press) . C’est un nouveau combat que doit désormais mener le président américain, celui d’une résistance en provenance de son propre camp. Selon la radio du monde qui a diffusé cette information, " c’est un procédé quasi inédit : la publication d’une tribune anonyme dans le New York Times, attribuée à un haut responsable de l’administration américaine dans le New York Times. Le signataire déclare lutter de l’intérieur contre le président américain et affirme que plusieurs membres de l’administration sont engagés dans le même combat. La tribune est anonyme, mais le New York Times connaît son auteur. Au lendemain de la parution des extraits du livre incendiaire de Bob Woodward sur le chaos qui règne à la Maison Blanche, c’est un nouveau coup dur pour le président d’autant qu’il vient de son propre camp, et le texte a suscité une réaction quasi immédiate de Donald Trump.

« Je fais partie de la résistance au sein de l’administration », entame l’auteur de la tribune. « Je travaille pour le président, mais j’ai juré de contrecarrer ses pires inclinaisons. » Le signataire dit ne pas être seul. Et pour la première fois, un haut responsable américain l’affirme : au sein du cabinet de Donald Trump, l’éventualité d’actionner le 25e amendement - qui prévoit la destitution du président pour incapacité - a été évoquée.

« La racine du problème est l’amoralité du président, écrit l’auteur anonyme, nous reconnaissons pleinement ce qui se passe. Et nous essayons de faire ce qui est juste même quand Donald Trump ne le fait pas. » Et il ajoute : « Les Américains doivent savoir qu’il y a des adultes dans la pièce ».

" Le président américain n’a pas tardé à réagir. Visiblement irrité, Donald Trump a dénoncé devant une assemblée de shérifs enthousiastes la lâcheté du procédé : « Personne n’a jamais fait en deux ans ce que nous avons réalisé, alors quand vous me parlez d’une source anonyme au sein de l’administration, il s’agit probablement d’un raté qui est là pour les mauvaises raisons. Et le New York Times se trompe ». Et le président américain a une nouvelle fois conspué le New York Times, quotidien qu’il prend régulièrement pour cible. « Si je n’étais pas là le New York Times n’existerait probablement pas », a assuré Donald Trump.

" Le président s’est enfin exprimé sur Twitter : il a écrit « TRAHISON ? », avant de demander New York Times de livrer le nom de l’auteur de la tribune pour des raisons de sécurité nationale.

" Quasiment au même moment, la porte-parole de la Maison Blanche qualifiait l’auteur de la tribune de « lâche qui devrait démissionner ». Mais le signataire, lui, semble décidé à rester. Il se déclare conservateur, se dit fier des réalisations de l’administration, obtenues, écrit-il malgré les errances de Donald Trump.

" Trump se défend sur plusieurs fronts

" Le président américain tente aussi de se défendre après la publication des bonnes feuilles du livre de Bob Woordward. Le célèbre journaliste américain, connu pour avoir sorti l’affaire du Watergate sous la présidence Nixon, publie le 11 septembre prochain un livre incendiaire sur le quotidien de la Maison Blanche. Donald Trump y est décrit comme un personnage imprévisible, inculte et paranoïaque. Bob Woodward dit avoir collecté des centaines d’heures de témoignages enregistrés pour la rédaction de cet ouvrage explosif et cite notamment des propos de proches de Donald Trump qui le décrivent comme un ignorant ou un crétin.

" Le président américain, lui, dénonce une fiction. Il s’est exprimé mercredi au lendemain de la parution d’extraits de l’ouvrage. « Le livre ne signifie rien, c’est une fiction. Le général Mattis s’est déjà exprimé de manière très forte : vous savez que c’est un homme qui fait ce qu’il veut, il est très indépendant et il a été insulté par les remarques qui lui ont été attribuées et il a fait une forte déclaration à ce sujet. Je suppose que vous l’avez vue hier.

" Même chose pour le général John Kelly il s’est senti insulté, il ne pouvait pas croire ce qui est écrit, il a fait une déclaration très forte. Et il y en aura d’autres. D’autres communiqués vont tomber.

" Le livre est un travail de fiction. Si vous regardez le passé de Bob Woodward, il a eu le même problème avec d’autres présidents. Il aime avoir de la publicité, vendre des livres, mais nous, nous avons fait plus que n’importe quelle autre administration. En déjà moins de deux ans nous avons renforcé le pays, donc tout ce que vous avez à faire c’est regarder nos réalisations. Mais le livre est une fiction. Il est sorti à mon avis pour interférer avec l’audition du juge Kavanaugh mais cela n’a pas marché parce que beaucoup de gens cités dans le livre ont démenti avoir tenu ces propos. Donc la Maison Blanche est forte et c’est ce dont nous avons besoin. »

Burundi - Kenya - Sécurité

Une citoyenneté est-africaine mise en cause

Nairobi, le 6 septembre 2018 (Net Press) . Le Kenya, pays membre de la communauté est -africaine, veut expulser tous les migrants illégaux et une citoyenneté est-africaine est miss en cause, selon un Burundais résident au Kenya qui n’a pas révélé son identité.

Selon la même source, ces derniers jours, le pays d’Uhuru Kenyatta fait la chasse aux migrants illégaux et veut expulser tous les migrants illégaux qui devait intervenir au plus tard le 30 novembre. Le ministre de l’Intérieur, Fred Matiangi, a accusé les illégaux de prendre le travail des Kenyans et de commettre des crimes. « Avant de venir ici, ils avaient un chez eux. Ils doivent y retourner »,a-t-il déclaré.

De son coté, l’Ong Amnesty International clame que des centaines d’immigrants ont été arrêtés à travers le pays. Elle dénonce des abus, avec des interpellations de réfugiés et demandeurs d’asile. « Ces gens ne peuvent pas être expulsés. Le pouvoir doit arrêter de harceler ceux qui ont fui la guerre et les persécutions », a déclaré Seif Magango, directeur adjoint d’Amnesty pour l’Afrique de l’Est.

L’organisation se dit aussi très préoccupée par une ligne téléphonique mise en service pour dénoncer les travailleurs illégaux. « Cette approche peut encourager la xénophobie. Chaque personne doit avoir son cas examiné par un tribunal », a indiqué Seif Magango.

Les rafles ont aussi entraîné une crise diplomatique. Près de 200 Sud-Soudanais ont en effet été arrêtés. Juba a accusé la police kényane de maltraiter ses ressortissants et d’outrepasser son mandat. Le pays a même convoqué le chargé d’affaires kényan. Finalement, les deux parties se sont entendues pour que ces personnes soient libérées. Il n’empêche, l’incident n’a pas attendri la police kényane, qui a rappelé que tout expatrié devait constamment avoir ses papiers sur lui.

Burundi - Rwanda - Elections

Sans surprise, le Fpr remporte la majorité au parlement

Kigali, le 6 septembre 2018 (Net Press) . L’on apprend que le front patriotique rwandais de Paul Kagame a remporté la majorité des sièges au parlement rwandais, dont les bancs accueilleront pour la première fois depuis 2003 un parti d’opposition, avec le Democratic Green Party of Rwanda.

La commission électorale rwandaise a annoncé les résultats des législatives rwandaises dans la soirée du 4 septembre. 7,2 millions d’électeurs étaient appelés à se rendre aux urnes pour élire les députés qui siégeront à la chambre basse du parlement. 80 sièges étaient à pouvoir, dont 53 soumis au vote des électeurs lundi 3 septembre, les 27 autres ont été attribués le lendemain par quotas (femmes, jeunesse, personnes handicapées).

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte