Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité1er décembre 2018
|Un corps sans vie découvert dans la province de Gitega

Burundi - Tanzanie - Sécurité30 novembre 2018
|Un jeune Imbonerakure du Cndd-Fdd tué en Tanzanie

29 novembre 2018
|Burundi - Eac - Politique La communauté...

Burundi - Politique - Opinion28 novembre 2018
|Vers l’arrestation de Pierre Buyoya ?

Burundi - Sécurité27 novembre 2018
|La police procède à des rafles dans le centre-ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité26 novembre 2018
|La police de Cibitoke à la recherche des éléments armés

Burundi - Sécurité - Politique24 novembre 2018
|Arrestation de plusieurs officiers supérieurs en retraite

Burundi - Sécurité - Environnement23 novembre 2018
|Les pluies diluviennes occasionnent beaucoup de dégâts dans le Sud du pays

Burundi - Sécurité22 novembre 2018
|La police fait face à l’intifada à la burundaise

Burundi - Rdc - Sécurité 21 novembre 2018
|Arrestations des Burundais et Congolais en République Démocratique du Congo

Burundi - Sécurité20 novembre 2018
|Des éléments pris pour rebelles aperçus en Tanzanie

Burundi - Sécurité19 novembre 2018
|Un homme du centre ville de Gitega tué par un policier

Burundi - Sécurité17 novembre 2018
|Une trentaine de maisons emportées par une pluie diluvienne au Sud du pays

Burundi - Rdc - Sécurité16 novembre 2018
|Une quinzaine de personnes tuées dans la localité d’Uvira

Burundi - Rwanda - Ouganda - Sécurité15 novembre 2018
|Le Burundi et l’Ouganda soupçonnés de déstabiliser le Rwanda

Burundi - Somalie - Sécurité14 novembre 2018
|Vers la fin de l’Amisom ?

Burundi - Sécurité13 novembre 2018
|Bujumbura aux prises avec des rébellions tous azimuts

Burundi - Sécurité 12 novembre 2018
|Deux militaires trouvent la mort dans une bagarre

Burundi - Sécurité10 novembre 2018
|L’administration de Bubanza face à une insécurité causée par des mineurs

Burundi – Politique9 novembre 2018
|Après le refus de l’agrément du parti Fnl – Amizero y’Abarundi, qu’est-ce Agathon Rwasa réserve à l’opinion ?

Burundi – Politique8 novembre 2018
|Le ministre de l’intérieur refuse la demande des Fnl - Amizero y’Abarundi.

Burundi - Politique.7 novembre 2018
|Les membres de l’Uprona préoccupés de leur sécurité en province Cibitoke.

Burundi-Sécurité6 novembre 2018
|Une personne de l’ethnie Twa tuée à la machette

Burundi –Sécurité5 novembre 2018
|Un bandit tué lors d’une intervention des agents de sécurité.

Burundi – Sécurité3 novembre 2018
|Des militaires burundais et des rebelles tués en république démocratique du Congo

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Des grenades découvertes au chef-lieu de la province de Ngozi

7 septembre 2018

Ngozi, le 7 septembre 2018 (Net Press) . Des informations dignes de foi indiquent que 4 grenades ont été découvertes dans le quartier Gabiro, dans la commune et province de Ngozi, au Nord du pays, par des habitants de cette localité. les mêmes informations précisent que trois des 4 grenades étaient en bon état.

Selon des informations indépendantes recueillies sur place par la rédaction, ces grenades se trouvaient dans des chantiers de maisons encore en construction. Les mêmes engins ont été ensuite remis à la police locale de Ngozi.

Par ailleurs, dans le Nord Ouest du pays, une présence d’un groupe armé inquiète la population de Mabayi. Des sources sur place indiquent que la colline Gafumbegete, zone Butahana, dans la commune Mabayi, en province de Cibitoke, regorge des éléments armés soupçonnés d’être des membres de la ligue du parti au pouvoir (Imbonerakure) ainsi que quelques éléments qui parlent le Kinyarwanda, d’où la peur - panique des habitants dans cette région.

La même source dit que ce groupe armé rançonne la population en produits vivriers pendant la nuit, surtout que l’administration locale préfère ne pas communiquer sur cet agissement qui se fait au grand jour.

Dans la mairie de Bujumbura, quelques éléments de la police ont procédé ce vendredi à une rafle des machines à coudre localisées devant les magasins sis avenue de la mission, au centre- ville de Bujumbura. La police indique a précisé que ces tailleurs y étaient installés illégalement et que par ailleurs, ils doivent être chassés pour des raisons de propreté de la ville de Bujumbura.

Cependant les mêmes tailleurs disent qu’ils sont installés à cet endroit depuis longtemps et ne comprennent pas pourquoi ils sont pourchasser par la police et surtout le vendredi. Ceux qui étaient en train de confectionner des uniformes pour des enfants qui commencent l’école ce lundi 10 septembre 2018, tout comme les parents d’ailleurs, étaient désolés par cette mesure.

Pour une opinion, il faudrait qu’il y ait une frontière entre le ministère de la sécurité publique et celui de l’intérieur. En effet, dans le cas pareil où c’est la mairie qui a commandité cette action, il faudrait que les machines saisies soient déposées à la mairie et non à la police qui ne reçoit aucune amende de ces objets saisis.

Enfin, pour terminer ce chapitre de la sécurité routière, l’on doit mentionner que trois personnes de la même famille ont été gravement blessées lors d’un accident de roulage survenu dans un virage dangereux de Rukonwe–Mabanda, en province de Makamba. Des sources sur place indiquent que l’excès de vitesse serait à l’origine de ce grave accident.

Burundi - Négociations

" Le dialogue ne vaut pas la peine ", dixit un interlocuteur de Net Press

Bujumbura, le 7 septembre 2018 (Net Press) . Selon un interlocuteur de Net Press qui a voulu garder l’anonymat, le dialogue d’Arusha ne vaut plus le peine car il n’aboutira à rien. Pour lui, les parrains de ce dialogue n’ont pas la force nécessaire pour ramener le gouvernement de Bujumbura à la table du dialogue.

Il a rappelé que tout au début des pourparlers, l’ancien président Benjamin William Mkapa a indiqué noir sur blanc qu’il n’a pas le gabarit nécessaire pour mener ce travail. Par ailleurs, le président Museveni ne peut pas s’en mêler car il veut que les Burundais règlent eux-mêmes leur problème.

En réalité, s’il a réussi le processus de 2000, c’est parce qu’il haïssait l’ancien président Pierre Buyoya qu’il qualifiait de traitre. En effet, il lui avait conseillé de ne pas organiser des élections de 1993 qu’il allait perdre à coup sûr, selon notre interlocuteur. Ce n’est qu’après le refus de ce dernier que le président ougandais a commencé à se méfier de son homologue burundais.

Par ailleurs, le médiateur principal estime qu’il ne faut pas chasser le président actuel au moment où l’opposition est divisée et faible et que personne ne peut le remplacer, du moins dans l’immédiat ; a-t-il conclu.

Burundi - Education

Quand Gilbert Becko Njangwa est inquiété par Bujumbura !

Bujumbura, le 7 septembre 2018 (Net Press) . L’activiste dans la société civile proche du pouvoir (Onelop), Gilbert Njangwa, qui, de par ses sorties médiatiques de tout le temps, s’inscrit en faux contre toute idéologie qui fait mal au dos au pouvoir, est actuellement inquiété par les mains qui l’ont béni, selon un expert sous couvert d’anonymat

Selon des sources qui n’ont pas révélé leur identité, ce soutien farouche du Cndd-Fdd grince aujourd’hui les dents contre le ministère de l’éducation qui a décidé de fermer son école, le lycée africain, qui figure parmi les écoles qui ont été fermé pour des raisons de médiocrité, selon une version officielle.

Selon Njangwa, la ministre en charge de l’éducation, Janvière Ndirahisha, a pris une mesure unilatéralement sans consulter ses partenaires et qu’il entend porter l’affaire devant la justice pour qu’il soit rétabli dans ses droits. Cependant, un propriétaire d’une école fermée qui a requis l’anonymat dit que presque tous les hauts gradés de la République ont fait leurs études dans son école aujourd’hui fermée par la ministre.

De son côté, la ministre de l’éducation, Janviere Ndirahisha, indique que dans le cadre d’améliorer le système éducatif burundais capable de rayonner sur les plans tant national qu’international, son ministère a entamé le processus de fermeture des écoles privées qui n’obtiennent pas 20% lors des examens divers. "Nous allons continuer ce processus peu importe le prix à payer", a martelé la ministre Ndirahisha. Les écoles publiques qui n’obtiendront pas les 20%, nous allons limoger leur directeur et cela est irrévocable". L’on saura que la ministre de l’éducation a déjà fermé 60 écoles privées qui n’ont pas eu une note de 20% des élèves inscrits à l’examen d’État.

Et dans la même volet éducatif, le doyen de la faculté des sciences de gestion et d’économie appliquée et de l’école supérieurs de comptabilité à l’Université du Lac Tanganyika indique que son décanat a été saisi d’une situation de fraude massive des étudiants à la Faculté des Sciences de Gestion et d’Economie.

Burundi - Sécurité - Anniversaire

Les massacres des Sœurs de Kamenge, 4 ans déjà

Bujumbura, le 7 septembre 2018 (Net Press) . Le 7 septembre 2014, trois Sœurs d’origine italiennes, ont été assassinées dans leur couvent de Kamenge, à la paroisse Guido Maria Conforti, connue sous le pseudonyme de Buyengero. Aujourd’hui, l’on a l’impression que le dossier a été abandonné et que probablement il sera sur la table de la commission vérité et réconciliation comme tous les autres dossiers embarrassants que l’on connaît dans ce pays.

Deux d’entre elles avaient été assassinées dans l’après-midi au moment où la troisième a été achevée dans la même nuit. Touchées par ces événements, les populations de Kamenge, qui bénéficiaient beaucoup de l’assistance de ces religieuses, se sont précipitées vers cette paroisse avec intention de se faire justice.

La police se contenta de présenter devant les caméras un homme, Christian Claude Butoyi, comme étant l’auteur de ces crimes, ce à quoi les habitants de Kamenge. Ce corps avait juré sur tous les toits que l’homme en question a avoué avoir violé les religieuses avant de les tuer. Cette version sera vite rejetée par les habitants de cette zone qui ont indiqué que la personne présentée était un handicapé mental, une information confirmée par le père du prévenu.

Lors de la messe de requiem, Mgr. Evariste Ngoyagoye, qui officiait la messe, a indiqué noir sur blanc que les trois Sœurs n’ont jamais été violées, mettant ainsi à nu l’hypothèse de la police, qui avait avancé une information sans passer par l’autopsie.

Dans ce dossier, l’on a impliqué beaucoup de monde, à savoir l’ancien patron du service secret, Général Adolphe Nshimirimana, d’autres qui étaient en mission de paix en Somalie, Amisom, dont l’un a revendiqué l’attentat, sans oublier le journaliste et directeur de la radio publique africaine, Bob Rugurika. Aujourd’hui, le dossier est presque clos et personne n’en parle même si une certaine opinion pense que l’archidiocèse de Bujumbura a des informations plus précises sur ce meurtre mais qu’il ne veut pas diffuser, du moins pour l’instant.

Burundi - Rdc - Santé

Kinshasa dresse le bilan de 88 morts de la fièvre hémorragique d’Ebola à l’Est du Congo

Kinshasa, le 7 septembre 2018 (Net Press) . Le ministère congolais de la santé indique que le bilan de l’épidémie de fièvre hémorragique Ebola est monté à 88 morts dans l’Est de la République démocratique du Congo, où deux décès ont été enregistrés pour la première fois à Butembo, grand carrefour commercial d’environ un million d’habitants.

Les deux premiers cas de décès confirmés à Butembo, plaque tournante des échanges de la RDC avec des pays voisins comme l’Ouganda, sont une femme et un personnel soignant qui a été en contact avec elle.

La femme avait fui Beni, une autre zone touchée à 50 km de Butembo, où elle « avait refusé de coopérer avec les autorités sanitaires après être tombé malade », ont détaillé les autorités sanitaires. Le ministre congolais de la Santé, Oly Ilunga Kalenga, s’est rendu le 6 septembre à Butembo.

« Les foyers de résistance ont été identifiés »

« Au total, nous sommes à 129 cas et l’on dénombre à ce jour 88 décès. Parmi ces 88 décès, 31 sont des décès historiques probables (ndlr : avant le déclenchement de l’épidémie le 1er août) et 57 décès des cas confirmés », a-t-il détaillé à la presse avant son départ pour Butembo. Le bilan pourrait monter à 89 décès en fin de journée, a précisé son ministère.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte