Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité4 octobre 2018
|Bujumbura sous la cadence des explosions de grenade et de crépitements d’armes

Burundi - Sécurité3 octobre 2018
|Le début du mois d’octobre peu tendre !

Burundi - Sécurité2 octobre 2018
|Une personne s’est « suicidée », trouvée pendue sur un avocatier

Burundi - Sécurité1er octobre 2018
|Deux personnes tuées dans la commune de Gitaramuka

Burundi - Sécurité Routière29 septembre 2018
|Le gouvernement prévoit des sanctions contre les pannes sur la voie publique

Burundi - Sécurité28 septembre 2018
|Les habitants de Gihanga agacés par une mesure impopulaire

Burundi - Sécurité27 septembre 2018
|La police montre à la presse un rebelle du mouvement Red Tabara

Burundi - Sécurité26 septembre 2018
|Les populations de la zone Musaga se plaignent..

Burundi - Sécurité 25 septembre 2018
|Une attaque à la grenade fait 4 personnes blessées en commune Mugina

Burundi - Sécurité 24 septembre 2018
|Quand un père tue sa fillette !

Burundi - Sécurité22 septembre 2018
|Deux policiers tués lors d’un accident de roulage !

Burundi - Sécurité 21 septembre 2018
|Une arrestation qui inquiète !

Burundi - Tanzanie – Sécurité20 septembre 2018
|Les réfugiés burundais de Nduta craignent d’autres disparitions !

Burundi - Sécurité 19 septembre 2018
|Deux corps en extrême décomposition repêchés dans la rivière Ruvyironza

Burundi - Sécurité18 septembre 2018
|Une découverte d’armes à Kabondo !

Burundi - Sécurité 17 septembre 2018
|L’attaque de Gatumba interprétée différemment !

Burundi - Sécurité 15 septembre 2018
|Une personne tuée lors de l’attaque de l’agence Bancobu !

Burundi - Sécurité14 septembre 2018
|Arrestation d’un homme en possession illégale d’armes à feu

Burundi - Sécurité13 septembre 2018
|Deux personnes tuées dans un immeuble en construction du ministre des finances

Burundi - Sécurité12 septembre 2018
|Quand les conflits fonciers deviennent parmi les premières causes de décès au pays !

Burundi - Education 11 septembre 2018
|Une rentrée émaillée d’énormes défis !

Burundi - Sécurité 10 septembre 2018
| Des crépitements d’armes entendus à la frontière tanzano-burundaise

Burundi - Sécurité 8 septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyabihanga

Burundi - Sécurité7 septembre 2018
|Des grenades découvertes au chef-lieu de la province de Ngozi

Burundi - Sécurité6 septembre 2018
|Le chef de poste de la zone Kivumu assassiné par les forces de l’ordre...

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

La police montre à la presse un rebelle du mouvement Red Tabara

27 septembre 2018

Bujumbura, le 27 septembre 2018 (Net Press) . La police a montré ce matin un homme du nom de Dismas Ndayisaba, originaire de la province de Kayanza, qui serait membre du mouvement Red Tabara, un mouvement rebelle qu’on attribue à Alexis Sinduhije, président du parti d’opposition Msd. Selon des informations de la police, cette personne a été arrêtée samedi le 22 septembre.

Les journalistes ont pu entrer en contact avec lui et il affirme lui-même qu’il est membre de ce mouvement, qu’il a participé à l’attaque de Ruhagarika, dans la province de Cibitoke, au mois de mai dernier. Il a avoué ensuite qu’il a participé à l’attaque récente de Gatumba.

Les premières réactions de l’opinion sont que le gouvernement commence à reconnaître officiellement l’existence d’une rébellion alors qu’il avait toujours indiqué que des attaques sont commises ici et là par des bandits armés. Le deuxième constat est que les informations officielles sur l’attaque de Gatumba sont fausses, qu’il s’agissait plutôt d’une attaque rebelle et non d’un bandit qui cherchait à voler de l’argent dans l’agence de la banque Bancobu de Gatumba. Enfin, d’autres pensent qu’il s’agirait d’un montage pour impliquer Alexis Sinduhije, du fait que cet homme a toujours été en mauvais termes avec le pouvoir de Bujumbura.

Sur le chapitre de la sécurité routière, un camion Ben de plaque d’immatriculation B6094A, qui transportait des briques, a cogné une voiture de type Probox, plaque I8742A, qui faisait le taxi, sur la toute Rumonge, tout près du tronçon qui mène vers la radio et télévision nationales. Les occupants de cette voiture ont été blessés, dont un grièvement, et ont été dépêchés à l’un des hôpitaux de Bujumbura.

Après cet accident, le camion ne s’est pas arrêté. Il a poursuivi son chemin mais le conducteur a perdu le contrôle et s’est dirigé nettement vers un poteau des feux tricolores qui se trouve tout près d’une position militaire chargée de la protection de la radio et télévision nationales. Il l’a écrasé avant de foncer dans ladite position militaire.

Le pauvre chauffeur n’avait pas de chance car au moment où le supérieur des militaires lui demandait des documents, il n’avait pas de permis de conduire. Il risque gros car, non seulement il a blessé des hommes par un accident, mais également n’avait pas de permis de conduire et surtout, il a foncé dans un domaine militaire.

Comme on peut s’en douter, ceux qui étaient avec lui ont commencé à appeler des personnes au téléphone comme cela devient une habitude dans notre pays. Au moment où notre reporter s’est rendu sur les lieux, la police commençait à s’en mêler également.

Burundi - Education

Les vols du matériel didactique deviennent monnaie courante dans les écoles

Gitega, le 27 septembre 2018 (Net Press) . L’on apprend que des ordinateurs et leurs accessoires ont été subtilisés dans la nuit d’hier dans la salle d’informatique du lycée de Musinzira, situé dans la commune et province de Gitega. Selon des informations parvenues à la rédaction, les portes de la salle ont été défoncées avant que le vol ne soit commis.

Selon toujours ces informations, huit personnes, dont des professeurs et des veilleurs, ont été arrêtées pour des raisons d’enquêtes. Cette information a été confirmée par la police et l’administration locales.

Rappelons que le lycée de Rutana avait été également la cible des voleurs qui ont pris là aussi des ordinateurs. Des responsables du lycée et des veilleurs avaient été également arrêtés par la police. L’on apprend d’ailleurs que toutes ces personnes ont été transférées de la prison de Rutana à celle de Bujumbura.

Burundi - Unesco - Culture

Vers la radiation du tambour burundais de la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité ?

Bujumbura, le 27 septembre 2018 (Net Press) . En date du 27 mars 2018, l’Unesco a saisi Mme Christine Nina Niyonsavye, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Burundi en France, pour lui faire part qu’il a été porté à l’attention de la section du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco que le décret n° 100/196 du président de la République du Burundi, entré en vigueur le 20 octobre 2017, a introduit une réglementation ayant un impact direct sur la pratique de " la danse rituelle au tambour royal ", élément inscrit en 2014 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

A travers ce document, l’Unesco a toujours indiqué les inquiétudes qu’elle a, surtout que le dossier de candidature soulignait notamment que " l’apprentissage de cette danse est un droit universel et lors des exhibitions des danseurs, les spectateurs proviennent de toutes les communautés, sans distinction de nationalité, d’âge, de sexe, d’ethnie ou de religion ". L’Unesco termine sa lettre en soulignant que " tout élément de réponse que vous pourrez souhaiter apporter, sera porté à l’attention du comité intergouvernemental lors de sa treizième session qui se tiendra du 26 novembre au 1er décembre 2018 à Port-Louis, République de Maurice.

Selon des informations recueillies auprès des sources fiables, il est prévu, dans la convention de 2003, une disposition de retrait d’un élément déjà inscrit le patrimoine culturel immatériel de l’humanité en cas de violations de la convention qui lie le pays détenteur du patrimoine et l’Unesco.

Mais comment on en est arrivé là ? Il semble que les techniciens ont travaillé sur ce dossier pendant plus de deux ans, en échangeant avec l’Unesco, pour que toutes les exigences soient respectées. Après confection de ce document de travail, il a été présenté au conseil des ministres qui a sorti un décret sans avoir consulté les techniciens. Il semble qu’il y a eu un groupe de membres du gouvernement, cinq ou six, qui se sont mis ensemble pour rédiger le projet de décret.

Ainsi, dans le décret, l’on pouvait lire que pour accéder au tambour, l’on doit payer un montant de 500.000 francs burundais et 2000 euros pour ceux qui vivent à l’étranger, beaucoup de restrictions sur la pratique du tambour. Dans toutes ces démarches, il y avait des spéculations liées à l’argent car pour la première fois après l’inscription, les femmes ont commencé à se plaindre, arguant qu’elles ont été exclues de la pratique du tambour.

Aux dernières nouvelles, nous apprenons que Mme Christine Nina Niyonsavye aurait déjà acheminé cette correspondance à son ministère de tutelle, des relations extérieures et de la coopération internationale. L’on s’attend à ce que le dossier soit étudié avant novembre pour que le Burundi ne soit pas pénalisé. Il semble que les techniciens, les groupes et les communautés concernés par la pratique de cet art sont prêts à revoir le décret pour faire d’autres propositions.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi