Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité1er novembre 2019
|Détention de deux frères au cachot de la police de Rumonge

Burundi - Sécurité31 octobre 2019
|Une femme tuée par des inconnus au Sud de la capitale économique

Burundi - Sud Soudan - Sécurité aérienne30 octobre 2019
|Un pilote burundais échappe de justesse à la mort à son troisième accident d’avion

Burundi - Sécurité29 octobre 2019
|Arrestations des "Cnlois" après la tentative d’assassinat du chef de zone Muyira

Burundi - Sécurité28 octobre 2019
|Le chef de zone Muyira criblé de balles

Burundi - Sécurité - Environnement26 octobre 2019
|Le ciel se fâche dans la province de Rumonge

Burundi - Rdc - Sécurité25 octobre 2019
|Vers la stabilisation de la Rdc par ses voisins de la sous-région

24 octobre 2019
|Burundi - Sécurité Après l’attaque de Bubanza,...

Burundi - Grande Bretagne - Sécurité23 octobre 2019
|Les Anglais vivant au Burundi priés d’observer des consignes pour leur sécurité

Burundi –Sécurité 22 octobre 2019
|Une attaque mêlée d’interpellations des rebelles en province de Bubanza

Burundi - Sécurité21 octobre 2019
|Peur-panique dans certaines communes de Cibitoke

Burundi - Sécurité19 octobre 2019
|La police sur le point de recruter des agents

Burundi – Sécurité18 octobre 2019
|Les militants du Cnl sans espoir du lendemain

Burundi - Gambie - Sécurité17 octobre 2019
|La sécurité des réfugiés burundais en Tanzanie évoquée à Banjul

Burundi - Sécurité16 octobre 2019
|Un enseignant arrêté pour détention illégale des armes

Burundi - Sécurité15 octobre 2019
|Des intempéries occasionnent des catastrophes dans la province de Ngozi

Burundi - Tanzanie- Sécurité14 octobre 2019
|Les polices burundaise et tanzanienne décident d’œuvrer ensemble

Burundi – Sécurité12 octobre 2019
|Le paroxysme de l’intolérance politique à Kirundo

Burundi – Sécurité - Opinion11 octobre 2019
|Les hauts-faits d’un ministère de la sécurité

Burundi - Sécurité 10 octobre 2019
|Cinq jeunes du parti de l’Aigle arrêtés pour tentative d’assassinat de leur représentant

Burundi – Sécurité9 octobre 2019
|Manifestation contre un agent de renseignement

Burundi – Rdc – Sécurité8 octobre 2019
|Deux missionnaires burundaises mortes en Rd Congo

Burundi - Sécurité7 octobre 2019
|Pourquoi des militaires dans les quartiers ?

Burundi – Sécurité5 octobre 2019
|Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

Burundi - Sécurité4 octobre 2019
|Décès d’une personne dans la province de Bubanza

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un Congolais trouve la mort devant l’ambassade de Belgique à Bujumbura

21 septembre 2019

Bujumbura, le 21 septembre 2019 (Net Press). Alors qu’il sortait de l’ambassade de Belgique au Burundi, sise Boulevard de la liberté, un homme d’origine congolaise qui n’a pas été identifié par la rédaction est tombé raide mort quelques minutes après. Lors du passage d’un rédacteur de Net Press, beaucoup de gens étaient attroupés à cet endroit, ne comprenant pas le phénomène qui venait de se passer.

Les informations obtenues sur place indiquent que l’homme en question s’était introduit dans cette ambassade afin de chercher un visa Schengen pour se rendre en Europe. Mais les informations s’arrêtaient là, ceux qui étaient sur place ne pouvant pas expliquer les causes immédiates de ce décès soudain. N.R.

Burundi - Onu - Droits de l’Homme

Le Burundi se plaint d’un complot international contre lui

Genève, le 21 septembre 2019 (Net Press) . Lors de la récente présentation du rapport des Nations Unies sur les droits de l’homme au Burundi, ce dernier a pointé du doigt le rôle des hautes autorités de ce pays dans les actes de violations des droits humains. Pour Gitega, c’est un complot de pays étrangers.

La commission des droits de l’homme de l’Onu accuse ouvertement les services de sécurité de ce pays ainsi que des membres de la ligue des jeunes du parti de l’Aigle, les Imbonerakure. Ces derniers, selon toujours le rapport, ont perpétré des violations massives des droits humains au cours de l’année 2018 à l’encontre des opposants politiques.

Il précise que ces violations ont eu lieu peu avant le référendum constitutionnel qui donne désormais au président burundais la possibilité de rester au pouvoir jusqu’en 2034. Le haut commissariat des Nations unies aux droits de l’homme fait par ailleurs état d’une augmentation de ces actes d’intimidations et des cas de représailles à l’encontre des militants des droits de l’homme ou des membres de la société civile au Burundi.

L’on signalera que parmi les autres accusations contre le régime de Gitega, figure la suspension, le 27 septembre 2018, de plus ou moins 130 organisations non gouvernementales par le conseil national de la sécurité. Rappelons que le régime s’était défendu de cette décision en arguant que c’était pour corriger les déséquilibres ethniques qui se trouvent dans les recrutements de ces Ongs.

L’ambassadeur permanent du Burundi auprès des Nations unies à Genève, Rénovat Tabu, a rétorqué après la présentation du rapport que dans un premier temps, il doit dire que le Burundi n’est pas accablé par ce rapport car c’est un rapport habituel, au regard de son contenu. Donc, il n’y a rien qui puisse accabler le Burundi, avait-il indiqué.

Cela n’a pas empêché Rénovat Tabu de l’attaquer sur le fond et la forme. Pour lui, cette commission a été mise en place dans des conditions de pure injustice parce que le Burundi n’a pas été écouté. Elle est fondée sur un rapport qui venait d’être établi par une enquête indépendante des Nations unies. Le rapport qui venait d’être rédigé contenait beaucoup de mensonges que son pays a rejetés. J.M.

Burundi – Tanzanie - Droits de l’Homme

Encore des cris contre le rapatriement forcé des refugiés burundais vivant en Tanzanie

Genève, le 21 septembre 2019 (Net Press) . L’Ong Human Rights Watch, à travers une déclaration rendue publique, a demandé à la Tanzanie d’assurer la protection des réfugiés burundais qui prennent le large a cause des harcèlements généralisés dans leur pays au lieu d’exiger leur retour forcé au Burundi, indique Bill Frelick, directeur de la division droits des réfugiés à Human Rights Watch.

Selon lui, la Tanzanie devrait affirmer publiquement que les réfugiés ne seront pas renvoyés sous la contrainte ou forcés de se faire inscrire en vue d’un rapatriement au Burundi. Human Rights Watch, dans sa communication, rappelle en dernier lieu que la convention de 1951 sur les réfugiés et la convention africaine de 1969 sur les réfugiés interdisent le refoulement, le retour des réfugiés dans des lieux où leur vie, leur intégrité physique ou leur liberté seraient menacées. D.N.

Burundi - Politique

L’intolérance politique refait surface dans certaines localités du pays

Muyinga, le 21 septembre 2019 (Net Press) . Dans nos éditions de ce 20 septembre 2019, nous faisions allusion à la présentation provisoire des membres des Cepi dans plusieurs régions de ce pays. La rédaction avait mentionné la présentation dans les provinces de Bujumbura Mairie et de Bujumbura rural.

Une activité similaire a eu lieu également dans la province de Muyinga hier même où 9 membres de la Cepi ont été officiellement présentés au public. Selon des informations en provenance de cette entité administrative, la présidence de cette commission a été attribuée au parti Cnl, une décision mal accueillie par le Cndd-Fdd.

Signalons ici que quatre partis politiques ont eu des représentants dans cette commission provinciale. Il s’agit du Cndd-Fdd, de l’Uprona, du Cnl et de l’Upd-Zigamibanga ainsi que des organisations de la société civile et des confessions religieuses, en plus d’un représentant de l’administration.

Trouvant que l’Uprona proche du pouvoir est plus "sympathique" que le Cnl et l’Upd-Zigamibanga sur le plan politique, les deux formations politiques sont allées les mains dans les mains pour faire barrage au Cnl. C’est ainsi que le représentant du parti de l’Aigle a protesté, arguant que la "Cnloise" n’est pas expérimentée pour conduire un tel processus. Pour lui, il faut que cette présidence revienne au Cndd-Fdd ou à défaut, à l’Uprona, une proposition soutenue bien sûr par l’Uprona et les organisations proches du pouvoir.

De son côté, le Cnl d’Agathon Rwasa estime que cette tendance risque d’entamer la crédibilité de la commission, notamment en matière de neutralité et de professionnalisme qui sont de rigueur chez une commission du genre. Ch.N.

Burundi - Economie

La banque mondiale au chevet du Burundi

Bujumbura, le 21 septembre 2019 (Net Press) . Le grand argentier du gouvernement burundais, Domitien Ndihokubwayo, a procédé à Bujumbura, en date du jeudi 19 septembre 2019, à la signature d’un accord de financement avec la banque mondiale sur le projet « Petite enfance et maîtrise démographique » dénommé NKURIZA. Il s’agit d’un don d’un montant de 30 millions Usd.

Ce projet contribue à deux axes stratégiques à savoir le développement du capital humain, l’agriculture et l’élevage ainsi que la sécurité alimentaire. Le projet financera également les activités de planification familiale ainsi que des activités agricoles destinées à améliorer la qualité de l’alimentation des ménages les plus vulnérables.

Le projet « NKURIZA » étendra les interventions communautaires des projets existants (Projet d’Appui au Système de Santé « KIRA », Projet d’Amélioration de la Nutrition Maternelle et Infantile) en faveur de la nutrition des femmes en âge de procréer et des enfants.

Six provinces bénéficieront de ce projet. Il s’agit de Makamba, de Muyinga, de Kirundo, de Bubanza, de Cibitoke et de Cankuzo. Les bénéficiaires de NKURIZA sont constitués de 76.000 enfants de moins de deux ans, de 305.000 enfants de moins de cinq ans, de 38.000 ménages vulnérables et de 450.000 femmes en âge de procréer.

Jean Christophe Carret, directeur des opérations pour le Burundi à la banque mondiale, a indiqué que ce projet exprime la volonté de son institution d’accompagner le gouvernement du Burundi dans les secteurs dits sociaux en ligne avec le plan national de développement pour la période 2018-2027.

Il s’inscrit enfin dans le cadre du partenariat entre le Burundi et la banque mondiale qui s’étend jusqu’en 2023 avec comme priorité, l’amélioration du capital humain. N.R.

Burundi - Paix

Les Nations Unies s’expriment à l’occasion de la journée internationale de la paix

New York, le 21 septembre 2019 (Net Press) . Le 21 septembre de chaque année, le monde célèbre la journée internationale de la paix. C’est dans ce contexte que le secrétaire général des Nations unies, a diffusé un message y relatif. La rédaction livre l’intégralité de ce message à son lectorat.

" La paix est au cœur de tout ce que nous faisons à l’ONU.

" Nous savons que la paix ce n’est pas seulement l’absence de guerre.

" Ce sont des sociétés résilientes et stables où chacune et chacun jouit des libertés fondamentales et s’épanouit au lieu de devoir lutter pour satisfaire ses besoins élémentaires.

" Aujourd’hui, la paix fait face à un nouveau danger : l’urgence climatique, qui menace notre sécurité, nos moyens de subsistance, notre vie.

" C’est pourquoi cette année la Journée internationale de la paix sera placée sous le thème de l’action climatique.

" C’est aussi pourquoi j’ai convoqué un Sommet Action Climat.

" Il s’agit d’une crise mondiale.

" Ce n’est qu’en unissant nos efforts que nous pourrons faire de notre planète – la seule que nous ayons – un lieu de paix, de prospérité et de sécurité pour nous et pour les générations à venir.

" En cette Journée internationale de la paix, je demande instamment à chacune et à chacun d’entre vous :

" de prendre des mesures concrètes pour lutter contre les changements climatiques ; d’exiger de tous les dirigeants qu’ils fassent de même.

" C’est une course que nous pouvons gagner et que nous devons gagner." J.M.

Burundi - Usa - Elections

De nouveaux crocs-en-jambes entre Républicains et Démocrates aux Etats-Unis ?

Washington, le 21 septembre 2019 (Net Press) . Selon les premières informations recueillies par la presse américaine, le candidat à sa propre succession, Donald Trump, aurait demandé au président ukrainien, au cours d’un entretien téléphonique, d’enquêter sur Hunter Biden, le fils du favori démocrate en vue de la présidentielle de l’année prochaine.

Ce dernier a travaillé pour une société gazière en Ukraine en 2014. Il est soupçonné par la Maison Blanche de corruption et d’avoir bénéficié de la protection de son père Joe Biden, alors vice-président de Barack Obama. Le président américain s’en défend et parle de complot politique, tout en admettant qu’il ne connaît pas l’identité du lanceur de l’alerte, mais que quelqu’un devrait se pencher sur Joe Biden.

De son côté, le candidat démocrate exige la publication de la conversation. En effet, l’avocat de Donald Trump a reconnu avoir demandé à Kiev d’enquêter sur le fils de Joe Biden. C’est dans ce but que l’avocat a rencontré deux fois de hauts responsables ukrainiens et une aide de 250 millions de dollars américains avait été débloquée quelques semaines après par le gouvernement américain.

Le candidat Biden a indiqué que si jamais ces informations étaient avérées, la volonté du président d’abuser de son pouvoir et d’humilier les Etats-Unis seraient sans limites. Il faisait allusion indirectement à l’interférence russe en 2016, à l’endroit de sa rivale démocratie Hilary Clinton, une accusation qui pèse d’ailleurs toujours sur ses épaules. Ch.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.