Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité1er novembre 2019
|Détention de deux frères au cachot de la police de Rumonge

Burundi - Sécurité31 octobre 2019
|Une femme tuée par des inconnus au Sud de la capitale économique

Burundi - Sud Soudan - Sécurité aérienne30 octobre 2019
|Un pilote burundais échappe de justesse à la mort à son troisième accident d’avion

Burundi - Sécurité29 octobre 2019
|Arrestations des "Cnlois" après la tentative d’assassinat du chef de zone Muyira

Burundi - Sécurité28 octobre 2019
|Le chef de zone Muyira criblé de balles

Burundi - Sécurité - Environnement26 octobre 2019
|Le ciel se fâche dans la province de Rumonge

Burundi - Rdc - Sécurité25 octobre 2019
|Vers la stabilisation de la Rdc par ses voisins de la sous-région

24 octobre 2019
|Burundi - Sécurité Après l’attaque de Bubanza,...

Burundi - Grande Bretagne - Sécurité23 octobre 2019
|Les Anglais vivant au Burundi priés d’observer des consignes pour leur sécurité

Burundi –Sécurité 22 octobre 2019
|Une attaque mêlée d’interpellations des rebelles en province de Bubanza

Burundi - Sécurité21 octobre 2019
|Peur-panique dans certaines communes de Cibitoke

Burundi - Sécurité19 octobre 2019
|La police sur le point de recruter des agents

Burundi – Sécurité18 octobre 2019
|Les militants du Cnl sans espoir du lendemain

Burundi - Gambie - Sécurité17 octobre 2019
|La sécurité des réfugiés burundais en Tanzanie évoquée à Banjul

Burundi - Sécurité16 octobre 2019
|Un enseignant arrêté pour détention illégale des armes

Burundi - Sécurité15 octobre 2019
|Des intempéries occasionnent des catastrophes dans la province de Ngozi

Burundi - Tanzanie- Sécurité14 octobre 2019
|Les polices burundaise et tanzanienne décident d’œuvrer ensemble

Burundi – Sécurité12 octobre 2019
|Le paroxysme de l’intolérance politique à Kirundo

Burundi – Sécurité - Opinion11 octobre 2019
|Les hauts-faits d’un ministère de la sécurité

Burundi - Sécurité 10 octobre 2019
|Cinq jeunes du parti de l’Aigle arrêtés pour tentative d’assassinat de leur représentant

Burundi – Sécurité9 octobre 2019
|Manifestation contre un agent de renseignement

Burundi – Rdc – Sécurité8 octobre 2019
|Deux missionnaires burundaises mortes en Rd Congo

Burundi - Sécurité7 octobre 2019
|Pourquoi des militaires dans les quartiers ?

Burundi – Sécurité5 octobre 2019
|Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

Burundi - Sécurité4 octobre 2019
|Décès d’une personne dans la province de Bubanza

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un policier se donne la mort à Bujumbura

24 septembre 2019

Bujumbura, le 24 septembre (Net Press) . Nous apprenons qu’un policier du prénom de Fiacre s’est donné la mort très tôt ce matin. Il montait la garde au micro finance dénommé RECECA INKINGI. Pour le moment, l’on ignore les raisons de ce suicide.

Dans la province de Ngozi, au Nord du pays, plus précisément dans la commune de Nyamurenza, une femme a tué son mari, Pascal Nindagira, au moyen d’une matraque. Les informations en provenance de cette entité indiquent que le couple faisait mauvais ménage car la femme soupçonnait son mari d’infidélité. Pour le moment, elle est entre les mains de la police qui confectionne son dossier.

Concernant les droits de l’homme, des allégations de violations, des atteintes et des violations des droits de l’homme ont été enregistrées la semaine dernière. Ainsi, au moins 1 personne a été tuée la semaine tandis qu’une autre personne a été enlevée durant la même période. Une autre a été torturée tandis que 5 ont été arrêtées arbitrairement. Parmi les victimes identifiées, figurent 1 femme tuée et 1 autre torturée.

Des jeunes du parti de l’Aigle, des policiers et des administratifs sont soupçonnés par les défenseurs des droits de l’homme comme étant des présumés auteurs de la plupart de ces violations des droits humains. Ces derniers relèvent également des cas de tuerie, d’enlèvement, de torture et d’arrestations arbitraires dont sont victimes des opposants réels ou supposés, allusion faite aux membres du Cnl, du Msd et du Ranac.

Les activistes des droits de l’homme soulignent enfin la publication des membres des commissions électorales provinciales indépendantes ainsi qu’un message de l’église catholique qui a suscité des remous dans le dernier carré des dignitaires du pays. N.R.

Burundi – Politique

Un militant du Cnl arrêté à Minago

Rumonge, le 24 septembre 2019 (Net Press) . La scène se passe dans la zone de Minago de la province et commune de Rumonge au Sud-ouest du Burundi.

Le militant du Congrès national pour la liberté (Cnl) n’est pas n’importe qui car, il s’agit du représentant de ce parti dans cette localité. Il a été arrêté comme un vulgaire délinquant puisque les jeunes Imbonerakure du parti Cndd-Fdd ont entouré sa maison au petit matin et l’ont cueilli et conduit au bureau de la zone Minago. A son arrivée, le chef de zone a ordonné aux gardiens du cachot de l’héberger.

Depuis ce lundi, il est locataire de ce cachot sans qu’il ne sache les mobiles de son arrestation. La chanson sur les lèvres des administratifs à la base quand ils veulent se débarrasser de leurs opposants est toujours la tenue de réunions clandestines.

Comme tous les "Cnlois" à travers tout le pays, le pouvoir a trouvé un bon slogan pour les mettre loin de leurs membres. L’on compte aujourd’hui des milliers de prisonniers politiques accusés de délit d’opinion ou d’organiser de réunions non autorisées par le pouvoir en place.

Même le 1er vice-président de l’assemblée nationale fait souvent objet de telles accusations. Et les gens se demandent comment une si haute personnalité, de surcroît gardée par les agents de l’ordre et de la documentation, peut tenir des réunions clandestines.

Cette situation montre que le Cndd-Fdd a un challenger redoutable qui lui fait peur. C’est cette panique devant les élections difficiles à remporter, n’eut été la mission de Pierre-Claver Kazihise de lui porter sur les reines du pouvoir, qui l’afflige pour réagir sans ménagement. J.M.

Burundi – Rd Congo - Education - Sécurité

Suspension des cours par les étudiants congolais vivant au Burundi

Bujumbura, le 24 septembre 2019 (Net Press) . Depuis la semaine dernière, des étudiants congolais qui fréquentent les universités publiques ou privées dans notre pays font objet des tracasseries policières.

En effet, la police burundaise organise souvent des fouilles-perquisitions aux domiciles de ces étudiants pour vérifier s’ils sont en possession de documents migratoires. Ce travail que la police qualifie de routine a déjà fait plus de 70 étudiants interpellés avant d’être expulsés.

Face à cette situation, ces étudiants ont privilégié leur innocence et saisissent cette opportunité pour suspendre les cours en guise de réaction afin de faire fléchir le gouvernement burundais dans cette entreprise de vérification de documents de voyage ou de séjour.

Si donc ces étudiants choisissent d’arrêter les cours au lieu plutôt de régulariser leurs conditions de séjour pour faire pression au gouvernement du Burundi et que ce dernier ne l’entend pas de cette oreille, l’on se demande alors s’ils ne vont pas rater l’objectif de leur déplacement au Burundi. Car, ils sont venus dans notre pays uniquement pour étudier.

Alors, s’ils ne poursuivent pas leurs études, ils auront dévié sur la trajectoire dans leurs desseins primordiaux. Mais le gouvernement burundais aura réussi son objectif de mener un contrôle rigoureux des mouvements en deçà et au-delà de ses frontières. Ce qui est un enjeu sécuritaire capital pour prévenir les risques éventuels en ces moments de turbulences électorales.

Une certaine opinion voit les choses autrement car les Congolais ont démontré qu’ils ont beaucoup d’argent puisqu’ils sont devenus les locataires des meilleures maisons de Bujumbura. Il ne faut pas oublier qu’ils achètent des parcelles ici et là, qu’ils payent en devises, ce qui manque cruellement aux Burundais qui se voient dans l’obligation de céder leurs immeubles même si les Congolais les abîment au bout de quelques temps d’occupation.

Avant donc que l’on ne chasse les Congolais, il faudrait, selon la même opinion, que le gouvernement protège ses populations en créant des conditions préférentielles aux Burundais qui doivent habiter dans les différentes villes. Sinon, la capitale Bujumbura risque de se trouver dans des mains des étrangers, Congolais, Rwandais, Arabes et autres Chinois dont le pouvoir d’achat est nettement supérieur à celui des Burundais. D.N

Burundi - Rwanda - Rdc - Sécurité

Remplacement du chef des rebelles rwandais Fdlr

Goma, le 24 septembre 2019 (Net Press) . Selon la radio mondiale, l’armée congolaise avait annoncé avoir tué mercredi Sylvestre Mudacumura, le commandant suprême de la milice hutu installée dans l’est de la Rdc.

Les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) ont un nouveau chef. Il s’agit de Pacifique Ntawunguka. Ce major-général remplace Sylvestre Mudacumura, que les forces armées congolaises (FARDC) ont affirmé avoir tué dans la nuit du mardi au mercredi 18 septembre.

Pour Chrispin Mvano, chercheur à Goma, sa nomination n’est pas une surprise. « Il a été formé comme spécialiste dans les hélicoptères de guerre, rappelle-t-il. Il a joué plusieurs rôles de commandement au sein des FDLR pendant longtemps avant la mort de Sylvestre Mudacumura. C’est lui qui était le commandant second. Donc ce n’est pas très surprenant qu’il soit le commandant en remplacement de Sylvestre Mudacumura. »

Cette milice hutu sévit depuis 25 ans dans l’est de la RDC. « Depuis leur création, il y a eu des divisions au sein des FDLR, explique le chercheur. La dernière date de 2016, quand le vice-président du mouvement, Wilson Irategeka, a récupéré le groupe pour créer son groupe parallèle. Mais malgré toutes ces divisions, c’est un mouvement qui reste quand même soudé sur le plan idéologique, sur le plan objectif. Donc, c’est tout le monde qui attend. » Ch.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.